Chronique En Soi

 

Ce projet photo à effet thérapeutique tend à travailler l’impact de la maladie chronique (maillage interne) au quotidien. Ces personnes font état de beaucoup d’incompréhensions au quotidien face aux variations brutales qu’elles connaissent dans leur état.

Il s’agit de mieux appréhender la relation à la maladie. La restructuration de la relation au corps se produit en la racontant au quotidien.

Pour les personnes atteintes de maladie(s) chronique(s), renforcer l’estime de soi s’avère primordiale.

La photo à effet thérapeutique au service des maladies chroniques

 

De nombreuses personnes atteintes de maladies chroniques à l’association se confient. Leur entourage ne connait pas ou ne reconnait pas leur(s) maladie(s) du fait de leur « invisibilité ».

L’estime de soi connait encore aujourd’hui des difficultés imposées par des normes sociétales. Quand diverses pathologies s’insèrent dans l’équation, la « valeur » que tout un chacun se donne peut baisser drastiquement.

Attentif au bien-être des personnes accueillies à l’association, ASETIS s’engage dans   le projet « Chronique en soi ». Celui-ci ambitionne de relever le challenge. Notre programme « mieux vivre avec sa maladie » intègre les bienfaits de l’art thérapie.

 

Marie Manecy nous est recommandée par Mme Erika MARION, ancienne psychologue de l’association. Celle-ci est pleinement consciente des enjeux de l’art en santé. Les précédents travaux de Mme MANECY correspondent à nos attentes. Un partenariat s’établi naturellement.

Chronique en soi : Un défi artistique et thérapeutique

Ce projet s’adresse aux personnes atteintes de maladie(s) chronique(s). Les participants réceptionnent en février 2022 un appareil photo réflex. Plusieurs milliers de photos symbolisent leurs quotidiens.
La démarche artistique suit un processus créatif individuel et collectif. Des temps d’apprentissages par l’immersion et des sorties (plage de Terre Sainte…) ponctuent le parcours. Des séances régulières en présentiel contribuent au bon déroulement du projet. Un groupe WhatsApp anime le partage et les échanges autour de multiples thématiques.

” L’introspection par la photo permet l’émergence de l’imperceptible. “

LA CHRONIQUE EN SOI se décline 3 phases :

– La création de photographies selon un processus collectif et individuel avec des rencontres hebdomadaires.
– La sélection et la mise en mots pour assurer un florilège de 100 photos. Deux pages dédiées, Facebook (@chroniqueensoi) et Instagram (@chroniqueensoi) dévoilent les publications entre le 18 juillet et le 28 octobre 2022.
– Le vendredi 28 octobre 2022, le jardin de la plage de Saint Pierre accueillera un village santé. Cet évènement, créé par ASETIS, lie la prévention des cancers de la femme (mois d’octobre) et de l’homme (mois de novembre). Pour l’animer, ASETIS coordonne deux conférences et un vernissage. L’édition d’un note book assure la mise en lumière des photos du projet. Elle comprend une vingtaine de panneaux 40 x 60 cm avec des illustrations et des portraits inédits.

 

Les enjeux de la photo à effet thérapeutique

Chaque personne atteinte de maladie(s) chronique(s) se retrouve un jour à chercher des solutions alternatives pour atténuer sa douleur, sa peine, son désarroi.
Renforcer l’estime de soi devient une nécessité. Ce projet s’articule en prenant en compte les processus de la photographie à la recherche d’un « mieux-être ». Celle-ci symbolise ainsi une voie vers une possible acceptation de la maladie chronique. Cela vaut autant pour la personne accueillie que pour l’aidant.
La réparation de l’estime de soi s’impose dans la reconstruction personnelle. La réconciliation avec son image reste donc l’objectif vers lequel on tend.

La verbalisation au contact des images s’inscrit profondément dans le processus thérapeutique.
L’impact de la photo sur la personne prédomine sur la valeur esthétique, ou encore la qualité d’impression. Le contact visuel avec l’image va permettre de faire surgir quelque chose de personnel qui marquera le départ du cheminement. Les émotions, les sentiments, les sensations, les souvenirs, les associations, les expressions verbales et corporelles seront les vecteurs du changement.

Notre partenaire, Marie MANECY, donne toute sa place aux émotions pour les identifier. Une fois repérée(s), un processus d’acceptation, de libération et de réappropriation de son corps et de son image s’enclenche naturellement.
Marie utilise stratégiquement la photo comme un outil. Objectif : créer des déclics d’ordre personnel. Parler de photo, implique de parler de soi, cela permet donc d’en ressortir plus « consistant sur soi-même ».

Marie MANECY : L’Artiste

Marie Manecy met à profit la photo à effet thérapeutique depuis 2019 au sein d’un studio à Saint Leu. Elle travaille notamment en partenariat avec divers établissements dans le cadre de projets collectifs. Cette pratique lui a été transmise par une artiste et thérapeute belge, Mme Emilie DANCHIN. La photographe s’investit pleinement dans cette procédure novatrice.
L’artiste plasticienne, Marie, travaille la thématique de l’identité et du mouvement. Elle utilise la photographie, mais aussi le son. Parallèlement à sa création artistique propre, elle intègre la photographie à effet thérapeutique au sein de son parcours.

Marie utilise à la fois sa capacité de création, sa sensibilité artistique et esthétique et une méthodologie d’ateliers. Ceux-ci incluent une recherche photographique autour d’un thème et des portraits identitaires. L’approfondissement se fait grâce à des techniques de photographie à effet thérapeutique.
On travaille à la fois l’imaginaire, le rapport à soi et au monde et/ou se sentir exister davantage.

Diverses techniques aident l’activation d’un changement social positif.
Aujourd’hui elle développe sa pratique artistique personnelle et la création d’œuvres collectives. Avec une orientation sur l’art en santé, elle permet aux personnes non familières de la photographie de se l’approprier dans leur vie.

Ses travaux ont fait l’objet d’une thèse en médecine générale. Mme Clémence CHAVOT publie en 2021 au sein de l’UFR de Santé de Saint-Pierre.

Son investissement et ses démarches lui vaut d’être soutenue en tant qu’« amie » de la marque Canon depuis août 2022.